Le Blog Burlesque d’Athena’Ttention

Costumes Burlesque

Soirée burlesque Pretty Propaganda : nouveau costume et numéro…

Mercredi soir à la Pretty Propaganda, le mot d’ordre était excitation ! Nouveau costume, nouvel act…

Louise de Ville et Minnie Valentine avaient réuni un line up burlesque de qualité afin de faire monter la température. Une effeuilleuse des USA et une belly-danseuse Chilienne étaient de la partie… et bien sur Athena’Ttention dans son nouveau costume et numéro de Super Girl 😉

Read more « Soirée burlesque Pretty Propaganda : nouveau costume et numéro SuperGirl ! »

Effeuillage Burlesque

Enterrement de vie de jeune fille à Paris ou…

L’une de mes activités en tan qu’effeuilleuse burlesque c’est aussi d’animer des ateliers pour un enterrement de vie de jeune fille, un anniversaire, une soirée entre filles…

Depuis l’année dernière plusieurs d’entre vous m’ont contacté pour donner ces cours spéciaux enterrement de vie de jeune fille à Lille et c’est toujours avec plaisir que je réponds présente !

Read more « Enterrement de vie de jeune fille à Paris ou à Lille ! »

tatouage batman Effeuillage Burlesque

The Girl with the Batman tattoo…

The Girl with the Batman Tattoo … Ca pourrait être le titre d’un livre mais ce n’est pas le cas.

Mon tatouage Batman c’est le premier que j’ai fait et j’en suis fière comme au premier jour.

Certains me demandent si dans 10 ans je n’en serais pas lassée mais honnêtement je ne pense pas, je suis fascinée par le chevalier noir depuis toute petite et quelle n’avait pas été ma déception à l’époque où j’étais abonnée au Batman Magasine : un numéro trimestriel avec un fascicule tout ridicule pas pratiquement rien dedans. Ma soeur était abonnée au Club Barbie et je peux vous dire que ma mère a rentabilisé son abonnement en goodies !

Read more « The Girl with the Batman tattoo… »

Costumes Burlesque

Une nouvelle video burlesque

L’été dernier j’ai eu la chance de travailler avec James Cao de Studiosushi sur une vidéo de présentation pour mes deux numéros phares : La Méchante Reine et Mon petit Poney ! Ces deux numéros de burlesque classique et de new burlesque sont les deux plus demandés aussi bien pour des soirée évènementielles que pour des évènements privés. Je vous laisse les découvrir !

Nous avions une plage horaire très courte pour tourner ces quelques plans et nous avons décidé de nous focaliser sur des plans très serrés, des détails et quelques moues boudeuses ou coquines… Les deux personnages sont très différents l’un de l’autre et toute la difficulté de cette vidéo était de présenter deux univers différent mais dans un même endroit.
Une Méchante Reine un peu sorcière au costume brodé de perles et de paillettes se déshabille dans son boudoir. Glamour et magie noir sont au programme pour cet acte envoutant et sensuel sur une musique de Ben Toury. Ce numéro c’est la rencontre parfaite du glamour hollywoodien des années 50 et de références à la pop culture américaine : chevelure noire comme l’ébène, teint blanc comme la neige et bouche rouge comme le sang, tenue noire et violette en hommage au célèbre film d’animation, philtre magique et effeuillage sophistiqué.
Le Petit Poney est un hommage aux dessins animés des années 80. Il s’agit de la version colorée et cartoon d’un classique du cabaret : le numéro des ballons ! Une jeune femme habillée comme un petit poney rose et bleu explose des ballons colorés avant de se dévêtir… Le costume très travaillé est composé de pièces créées sur-mesure, brodées de perles et de paillettes et de deux perruques roses bouclées signifiant la crinière du poney. Cet act rigolo et acidulé est un véritable cocktail de fantaisie !

Athena’Ttention – Burlesque in Paris – Teaser from athenattention on Vimeo.

Effeuillage Burlesque

Une soirée au Fieald

L’autre jour j’ai reçu un message privé (sur Facebook, parce que je suis très à la pointe de la technologie, voyez-vous) de la pétillante Christine Berou. C’est une humoriste que j’ai découverte à la Nouvelle Seine lors d’une soirée de Noël chez Gatsby. Il s’agissait d’un plateau d’artiste très sympatoche avec notamment les Sea Girls à mourir de rire, Yacine Belhousse que j’adore et Sony Chan ! Gloire à Sony Chan, longue vie et félicité pour Sony Chan. Elle fera l’objet d’un article à elle toute seule cette fille est incroyable.

Mais revenons à nos moutons ! J’étais donc connectée sur le réseau social préféré des 12-18 ans, et Christine est venue me demander si je voulais être sa filleule pour une soirée au Fieald, une scène ouverte qui existe à Paris depuis des années visiblement et que beaucoup de gens ont l’air de connaitre. Sauf moi. Si vous n’avez pas bien suivi mon parcourt j’arrive de l’univers appelé « Geek » par le grand publique et j’ai passé mon adolescence et un paquet d’année ensuite à jouer à la console et à lire des BD. Lorsque je me suis lancée dans le burlesque j’avais tout à apprendre de la vie d’artiste et je continue cet apprentissage tous les jours. C’est vachement beau ce que je dit, vous noterez.

Bref, Christine me demande si je veux venir, et je dit oui. Je lui demande quel numéro elle veux que je fasse et elle me dit « My Little Ponette, parce qu’il y a des ballons, comme sur mon affiche ».

L'affiche de Christine, avec des ballons, donc.
L’affiche de Christine, avec des ballons, donc.

Alors je me suis rendue sur place le jour J, extrêmement à la bourre, et j’ai découvert sur place une machine bien huilée avec des artistes qui sont choisis le soir-même au tirage au sort. J’aime bien le principe, ça permet de faire des spectacles toujours différents même si à priori il y a quand même quelques habitués. La salle est grande, la scène est belle, les spectateurs sont chaleureux.

Les artistes en loge n’ont pas l’habitude de voir du burlesque et les mêmes questions reviennent : « tu as fais ton costume toi-même ? » « Tu n’as pas trop peur de te déshabiller sur scène ? Moi j’oserais pas » « Mais comment ça t’es venu cette idée de faire du stripease ? » « L’effeuillage c’est comme du striptease d’ailleurs ? » « Hey mais on dirait un petit poney ».
Toutes ces questions ne me dérangent pas et je me suis habituée à y répondre, j’adore parler de mes passions, j’aime raconter (ma vie) mes inspirations et répondre sans honte que oui l’effeuillage c’est du striptease, mais c’est aussi et surtout bien plus que ça !

Quand vient mon tour Christine et son co-présentateur (dont j’ai oublié le nom, honte à moi) me proposent d’ajouter une petite note rigolote à ma dé-présentation. J’adore quand les gens ont des idées farfelues, drôles et un rien impertinentes comme c’est le cas ce soir là. Je suis donc annoncée par ma « marraine » de la soirée et je me lance.
Le publique de ce genre de scène n’est pas facile à séduire pour plusieurs raisons : déjà ils ne s’attendent pas à voir une fille, et encore moins un poney, se déshabiller sur scène ! Ensuite ils ne savent pas comment réagir, même si il leur est chaudement recommandé d’applaudir et de se manifester ils sont généralement très sage et ne se manifesteront qu’à la fin du show, si ils ont aimé. Faire une scène ouverte pas spécialisée dans le burlesque c’est toujours un peu tendu au démarrage, il faut donc emmener le publique sans le choquer, rester dans le glamour et le flirt légers.
Alors que je tourne sur moi-même je vois que derrière les rideaux les bénévoles du Fieald et les autres artistes sont aux premier rangs, ils ont l’air de s’amuser autant que les gens dans la salle. Cette énergie me fait du bien et m’encourage. Une fois arrivée à la fin de mon numéro le Co-présentateur de Christine revient avec un peignoir pour cacher ma nudité… ouvert au niveau de la poitrine ! Eclats de rires dans le public, le type fait mine d’être choqué. La dé-présentation est une réussite !

Je dois filer rapidement après mon show retrouver des amis américains pour leur dernière nuit à Paris, mais je suis heureuse d’avoir fait découvrir l’art du burlesque à ses nouvelles têtes que je croiserais peut-être de nouveau 😉

xoxo

Athena

 

Effeuillage Burlesque

Dimanche on se voit pour mon workshop burlesque ?

Bonjour à toutes et à tous !

J’ai encore une fois un petit peu délaissé ce blog et je m’en excuses.
Alors quoi de beau depuis le dernier article ? Et bien pas mal de choses à vous raconter, on commence tout de suite !

Le mois dernier je suis retournée à Lille performer pour la divine Zouzou et j’ai fait la connaissance des filles de Show Me How you Burlesque et de Colette Colerette ! Pour fêter l’occasion je me suis essayée à faire un petit film histoire de vous raconter tout ça et la chose ressemble plus à un générique de série des années 80-90 qu’à un reportage Arte sur le burlesque mais j’en suis assez fière.
J’adore apprendre des trucs nouveaux et me former sur IMovie est super excitant, j’ai l’impression d’être une espèce de S.Coppola en carton mais comme ils disent toujours dans le cinoche « c’est le partie prit qui est important » !

Ensuite j’ai dépensé la moitié de mon cachet dans la boutique de Zouzou, heureusement qu’elle m’a fait un prix… et pas heureusement que j’y retourne ce week-end pour mon pauvre porte-monnaie. Je suis la faiblesse femme et du coup je croise les doigts bien fort pour qu’il y ai des nouveautés en boutique.

Le samedi 24 Mai au soir je vous donne donc rendez-vous à El Diablo où je ferais un numéro, mais quel numéro : le retours de la méchante reine de Blanche-Neige. Ce numéro burlesque baptisé The Evil Queen est un hommage non seulement à mon dessin-animé favori de tous les temps, mais aussi aux contes de fées que je continue de dévorer avec application.
Pour l’occasion je vous ai fait un mini-mini teaser avec quelques images tournées par James Cao qui me fait un deuxième teaser burlesque. J’adore son travail et je vous invite du coup à faire un tour sur son site : http://www.studiosushi.com

Enfin, parlons un petit peu du workshop burlesque que je vous propose à Dunkerque :

  •  Il est ouvert aux débutantes comme aux confirmées
  •  Le cours dure une heure effective mais comme je dépasse souvent et qu’il va falloir que vous vous changiez je prévoit un créneaux de 14h30-16h00
  •  La boutique Voodo Ladies qui nous accueil possède deux cabines d’essayage pour vous changer en toute sérénité
  •  J’apporterais un goûter et du thé, afin de passer un moment encore plus agréable
  •  N’oubliez pas votre matériel : Apporter Gants, bas, bos, talons confortables, jolie lingerie et robe facile à enlever !
  •  N’oubliez pas de vous faire une jolie bouche rouge pour l’occasion
  • Si vous avez des question avant ou après le cours n’hésitez pas, je suis aussi là pour ça 😉
  • Nous allons passer un peu de temps sur trois types de pinup et si il nous reste du temps nous verront la quatrième : c’est vous qui choisirez parmi celles proposées : Betty Boop, Jessica Rabbit, Little Red Ridding Hood, Minnie Mouse
  • Si vous avez des costumes/accessoires/fantaisies qui vous inspirent en fonction du thème apportez-les !

Pour vous inscrire ou pour toute demande d’information vous pouvez m’envoyer un email via le formulaire de contact ou poser la question sur l’évènement Facebook : https://www.facebook.com/events/765376293480818/

A bientôt !

xoxo Athena

Effeuillage Burlesque

Les filles sont-elles toujours assez des filles et pourquoi…

Pourquoi j’adore donner des cours d’initiation à l’effeuillage burlesque ? Pourquoi je passe mes samedis dès la belle saison à courir d’un lieu à un autre pour une heure ou une heure et demi de cours ? Pourquoi mon sac pourtant si lourd sur mon épaule ne me donne pas envie d’arrêter et de passer mes week-ends à bronzer au soleil ?

Donner un cours c’est d’abord une responsabilité. Pendant une heure ou plus vous encadrez des nanas parfois un peu mal à l’aise, qui ne savent pas bien au fond pourquoi elle se sont embarquées dans cette galère et qui n’ont qu’une envie : se rhabiller et rentrer chez elles ! Elles vous font (plus ou moins) confiance pour passer un bon moment et ne pas regretter le prix qu’elles ont payé pour être là, vous regardent avec les yeux pleins d’espoir de la biche qui se dit que, peut-être, le prédateur en face va changer d’avis et la laisser filer. Vous, vous essayez de les mettre dans l’ambiance et leur parlez d’icônes qu’elles connaissent (Betty Boop ou Dita Von Teese ça leur dit quelque chose, Kitten de Ville par contre beaucoup moins) avant de rentrer dans le vif du sujet. 
Les premières minutes sont décisives : elles se jaugent, gênées, n’osant pas vous regarder et les premiers mots donnent le ton du cours. Une blague, une histoire qui vous est arrivé, saupoudrer ce moment que vous allez passer avec elle d’un nuage de connivence… Elles ont les yeux qui brillent et osent enfin détailler votre tenue (lingerie !), vos cheveux, votre maquillage et le rouge à lèvre très rouge que vous portez.

evjf burlesque paris

Première étape : la démarche.

Dans ce cours nous apprenons à ne pas nous presser, à prendre notre temps pour séduire. Marcher avec des talons (même tout petits) leur parait déjà une difficulté insurmontable, leur faire ralentir le pas c’est comme leur demander de marcher sur les mains ! Elle rigolent beaucoup et n’hésitent pas à charier celle qui se démarque «Caroline on voit bien qu’elle à l’habitude !» avec force de sous-entendus et de petits clins d’oeil. Je ne connais ni leur vie ni leurs habitudes et ne les croise qu’une heure dans ma vie mais il y en a toujours une qui se démarque : la Caroline du cours, celle qui n’as pas peur de dompter ses escarpins, qui n’a pas besoin de boire pour danser, qui avait déjà un porte-jarretelles et des bas dans sa penderie, qui va se donner à fond pendant le cours. Je ne peut pas m’empêcher de me dire que celles qui lancent des petites piques sont celles qui veulent le plus ressembler à Caroline, parce que c’est celle qui est la moins flippée et qui s’amuse le plus ! D’ailleurs elle comprends très vite le truc de la machine à café : «les filles caressez vous les épaules d’un doigt et passez votre main dans les cheveux… comme si c’était la chose la plus naturelle du monde et que vous étiez à la machine à café» en disant cela je jette un coup d’oeil furtif sur ma droite, nul doute que Caroline tentera de passer sa main dans ses cheveux à la sauce Betty Boop demain en proposant un déca à Benoit !

Deuxième étape : s’effeuiller.

Il est temps de rentrer dans le vif du sujet : se déshabiller. La crispation s’est déjà pas mal dissipé et est remplacée par l’excitation de l’inconnu. Elles ont acheté des gants opéra en satin dans une boutique de déguisement le jour même ou ont décidé d’apporter les gants de ski de leur adolescence, elles se placent en cercle autours de moi pour que je puisse bien les voir sans pour autant mettre de distance inutile entre nous. Je leur montre comment tirer sur leurs doigts à petits coups sec, faire glisser le satin le long du bras et attraper le gant au vol pour le faire passer sur le dessus de leur poitrine. Prêtes ? A vous ! Elles se lancent, pas très habiles, pas très à l’aise, essayant au mieux de reproduire les mouvements très simples que je viens de leur montrer. 
Et c’est là l’une des leçons que j’ai apprises depuis deux ans que je donne des cours : les mouvements les plus simple deviendront d’une extreme complexité parce que marqués d’une sensualité, voir d’une sexualité trop forte, trop féminine. C’est la peur de ne pas réussir à être sexy qui les fait trembler ou la peur d’être au contraire trop sexy qui les fait accélérer au point de s’emmêler les pinceaux. Les gants c’est vraiment le moment décisif où tout va se jouer. Je passe deux fois plus de temps à leur apprendre à retirer leurs gants qu’à retirer leurs bas. Pour retirer ces derniers il faut pourtant plus de technique, mais elles ont déjà dépassé leurs peurs et s’émerveillent de voir le mince morceaux de nylon ou d’élasthane s’étirer depuis le bout de leur pied. Entre les deux étapes elles ont appris à enlever leur robe, leur chemisier ou leur jupe en prenant le plus de temps possible et en balançant les fesses. Un exercice qui reste difficile puisqu’il marque le moment d’apparaître en sous-vêtements devant moi. Elles s’observent jusqu’au moment de faire tomber leur robe ou leur jupe et se retrouvent alors en lingerie. Le fait d’avoir donné tout mon cours en soutif-culotte-bas-porte-jarretelles est une vraie bonne idée et elles se rassurent en me jetant un coup d’oeil furtif : ouf ! La prof en montre autant que nous ! Nous recommençons l’exercice mais la première gène est déjà passée et elles se prêtent au jeu avec plus de plaisir. La suite est un jeu d’enfant : elles rient, retirent bas et porte-jarretelles en prenant des poses sensuelles, en comparant leurs techniques… et me demandent comment on retire le soutient-gorge !
Durant cette étape chaque pièce de lingerie, chaque accessoire est comme un nouveau jouet qu’elles découvrent : un objet étrange qu’elles semblent appréhender pour la première fois. Ces outils de l’ultra-féminité sont l’attirail de la séductrice, figure encore largement condamnée dans notre société, et les apprivoiser demande confiance en soi et entrainement… et un cours pour apprendre à se sublimer, se respecter, séduire, sans jugement et sans dramatiser. Nous sommes ici pour oser mais surtout pour nous amuser.

Troisième étape : tomber le soutif en musique !

Les filles s’amusent, s’éparpillent et avant de leur montrer comment retirer leur push’up il faut un petit peu les canaliser : «je vous montre deux techniques et ensuite on fait une petite choré !». Elles sont ravies, se remettent en cercle et bataillent avec les agrafes de leurs deux soutient-gorges superposés. Les faire tourner au-dessus de leur tête comme les pinups primales d’une marque de déodorant c’est le moment clé du cours, celui où les tabous tombent et où, même symboliquement, elles ressentent une espèce de liberté. Un peu comme nager à poils dans la mer, vous voyez ?
Pour la choré de fin de cours j’ai instauré une petite tradition : un vote à main levé entre la choré Betty Boop et la choré Jessica Rabbit ! La chorégraphie retenue n’est jamais une grande surprise : les plus jeunes ne savent pas qui est Jessica Rabbit, les plus à l’aise vont pourtant préférer ce thème plus «femme fatale». Les filles qui auront eu le plus de mal à suivre durant le cours choisiront Betty Boop et sa thématique plus enjouée et, pensent-elles, moins sexuée.

cours effeuillage burlesque parisCe que je retiens de ces cours ? Ce qui me donne à chaque fois l’envie d’en donner de nouveaux ? L’impression que petit à petit, à chaque fille qui ressort avec le sourire et me remercie avant de courir se changer, j’ai redonné l’envie d’être une femme sans se cacher, sans avoir BESOIN d’assumer ou de se justifier. Tout naturellement, dédramatiser de sortir ses chaussures à talons de son placard, de laisser ses cheveux détachés, de porter une jupe et pourquoi pas des bas dessous, plutôt qu’un collant. Toutes ces petites choses que la société nous refuse a grand coup d’argumentation bidon, de justifications sexistes et de culpabilisation à outrance. Autant d’accessoires, d’outils, d’artifices que nous n’imaginons/n’osons pas porter, utiliser, acheter, parce que nous prenons le métro ou parce que «ça fait pute». Les filles, je suis comme vous et parfois moi aussi je me dit que la longueur de cette jupe est un peu abusée, que je n’assume pas ces chaussures trop brillantes ou ce rouge à lèvre trop rouge… et puis je me souviens de mon dernier cours avec vous, de ce que je vous ai appris et de ce que vous m’apprenez à chaque fois. Quand je me maquille le matin et que je choisi un petite jupe, comme aujourd’hui, je le fait pour moi mais aussi un petit peu pour vous, avec l’envie secrète de vous donner envie. Pour que nous nous croisions dans le bus, dans la rue ou dans le métro et que vous vous disiez «si elle ose, pourquoi pas moi».

Soyons fière d’être des filles et soyons autant filles que NOUS LE DECIDONS 😉

PS: les filles m’ont donné l’autorisation d’apparaitre sur mon blog et de publier ces photos exclusivement ici et pour ce blog, vous n’avez PAS LE DROIT DE LES UTILISER EN AUCUNE CIRCONSTANCE !



 

Effeuillage Burlesque

Effeuillage Burlesque à Lille

effeuillage burlesque à lille  athena ttention
Moonlight Serenade

Bonjour les amis ! Je suis de retours pour vous raconter mes dernières aventures : une soirée effeuillage burlesque à Lille organisé d’une main de maître par la superbe Zouzou Beretta. Avec des artistes fantastiques, un bar très mignon, une petite scène, des loges nickels, des cocktails pas mauvais du tout… Bref vous avez deviné : un carton plein !

Hello friends ! I’m back with new adventures : burlesque party in Lille in the north of France, organize with the fantastique Zouzou Beretta. She did an impressive job, well done Zouzou ! Wonderfull artists, a very cute venue with a little stage, perfect changing rooms and good cocktails… In case you dont guess : it was perfect !

La divine Zouzou Beretta
La divine Zouzou Beretta
Dinner again, because it is important to eat well !
Dinner again, because it is important to eat well !
Zouzou effeuillage burlesque à lille
Zouzou
Dinner with Zouzou !
Dinner with Zouzou !

Je resterais bien entendu muette quand à la petite soirée d’anniversaire de Martini Cherry qui a suivi, d’ailleurs je ne sais même plus qui a bu quoi ! je préfères faire une parenthèse sur la présentation aux petits oignons par Bisous Belette, qui a assuré malgré une côte en moins ! Well done darling !
(Les photos de mes compères sur leurs comptes facebook et celui des Rendez-vous de Zouzou, parce que les miennes n’ont pas pu être récupérées :/ )

Dinner !
Dinner !

 

Effeuillage Burlesque

Patisserie Burlesque ou l’art du tease sucré

Il était une fois en Angleterre, une pâtissière fan de burlesque. Inspirée par les grandes figures de la scène burlesque actuelle elle décida de créer des gâteaux au glaçage aussi scintillants que des caches-tétons et de les nommer « Burlesque Cakes ». Les créations de Charlotte White portent ainsi les noms de quelques showgirls et sont directement inspirés des costumes, éléments de décors ou pseudonymes d’artistes burlesque.

Ces créations ultra glamour au look vintage sont à découvrir dans un livre, mais voilà déjà les liens vers les recettes (en anglais) de quelques unes de ces merveilles !

 

burlesquecherry_2803772d

Cherry Shakewell Cake

Un délicieux gâteau aux cerises (cherry en anglais) en hommage à la showgirl britannique.
Découvrir la recette en anglais ici.

       burlesquedita_2803769b ditavonteese_2804643e

Dita Von Teese Cake

Dita Von Teese, icône de mode glamour et artiste burlesque la plus connue au monde a inspiré ce gâteau dans son numéro du poudrier.
Découvrir la recette en anglais ici.

burlesquesally_2803771d

Sally Rand Cake

C’est la danse d’éventails de cette célèbre starlette qui a inspiré ces mignons petits gâteaux…
Découvrir la recette en anglais ici.

 

via : Telegraph.co.uk